Rémy Marie | Hypnose Caen
Spécialisé résolution des Troubles Anxieux
 
4 bis Place des commerces, 14610 Cairon - Proche Caen
 
 
07 60 87 14 41

Cas clinique hypnose

26 Avr 2022 Remy Marie

Aujourd’hui, je vous présente un cas clinique, celui d’une femme de 50 ans venue consulter pour des séances d’hypnothérapie à la suite d’une perte de repères. Cette perte de repères est accompagnée de troubles anxieux pouvant prendre diverses formes.

Cette analyse de cas clinique est un exemple retraçant le plus fidèlement possible le déroulé des séances. N’étant ni psychologue, ni psychiatre aucun diagnostic ne peut être délivré.

Les ébauches d’explication des mécanismes de protection sont des déductions permettant de cibler les valeurs lésées et ainsi d’établir le travail hypnotique. De plus, chaque thérapie est personnelle et unique, les résultats d’une thérapie ne peuvent présager de résultats similaires pour une autre personne.

Une hypnothérapie ne remplace en aucun cas les traitements prescrits, avant tout prise de décision consulter votre médecin.

Recueil de données

Présentation de la problématique

Mme M. présente une problématique complexe et diffuse, comme suit :

  • L’impression de ne pas vivre sa vie comme elle le souhaiterait
  • Sensation d’un décalage permanent
  • De passer à côté de sa vie
  • Impression constante d’être poussée dans ses retranchements
  • La sensation d’être incomprise par rapport aux autres

Cette problématique provoque de l’anxiété, des ruminations ainsi qu’un repli sur soi.

Au cours de l’interrogatoire, il apparaît que Mme M. a subit plusieurs épisodes de dévalorisation (perte de confiance et d’estime) notamment durant l’enfance, ce qu’il l’a poussé à ne faire confiance qu’à elle-même.

Au cours de l’interrogatoire, il apparaît que Mme M. a subit plusieurs épisodes de dévalorisation (perte de confiance et d’estime) notamment durant l’enfance, ce qu’il l’a poussé à ne faire confiance qu’à elle-même.

Il y a ici une sensation de mal-être présente exprimée par Mme M. selon ces propos : « Intérieurement, c’est plutôt le désert ».

Les prises de décisions personnelles sont anecdotiques, Mme M. exprime le fait de faire ses choix en fonction des autres.

De plus, une forme d’apathie émotionnelle (absence d’émotions) est installée et en progression, Mme M. verbalise notamment le fait d’avoir du mal à ressentir des émotions, positives ou négatives, que ce soit par rapport à elle ou à ses proches.

Ainsi, son travail prend une place importante dans sa vie lui permettant de mettre ses problématiques à distance.

Ébauches des mécanismes de protection mis en place

Durant la première séance, de nombreux recadrages concernant la vision du monde de la personne sont effectués pour l’amener à se positionner et a apporter une réflexion nouvelle quand à cette problématique.

Il apparaît cependant que de nombreux mécanismes de protection se sont mis ou se mettent en place.

Ils sont cités ci-dessous et explicités ci-après :

  • Anxiété et ruminations
  • Une forme de déréalisation (Décalage permanent)
  • Apathie émotionnelle

L’anxiété ainsi que les ruminations sont intéressantes dans ce cas, car elles s’expriment selon moi, de deux manières différentes.

La première, l’anxiété est une expression de la dévalorisation subie notamment durant l’enfance et rappelée au cours de différentes expériences de vie. Cette anxiété a poussé Mme. M à un repli sur elle-même l’empêchant de faire confiance aux autres. De plus, cette anxiété contribue au mal-être ressenti.

Paradoxalement, l’anxiété de Mme M. l’empêche de faire confiance aux autres, mais cette dernière exprime le fait de faire ses choix en fonction des autres.

Ici, il est intéressant de se pencher sur la notion de vide intérieur pour comprendre cette réaction paradoxale. À la suite de la dévalorisation subie, les notions de confiance et d’estime permettant la prise de décision sont fortement impactées. Ainsi, la notion d’être soi-même ou d’avoir confiance en soi est dénuée de sens, il y a une construction incomplète de la personnalité.

Cette incapacité, à ne pas savoir pour soi-même pousse Mme M. à aller rechercher ces notions au sein des autres, lui permettant de copier ces comportements pour les appliquer à elle-même. Cela s’exprime notamment par l’altruisme sans faille dont elle fait preuve. Cette volonté de rechercher des solutions aux problématiques des autres, et ce, jusqu’à l’épuisement, lui permet au travers des personnes aidées de copier les comportements ou les actions bénéfiques.

L’anxiété est donc ancrée dans des problématiques passées.

Quand aux ruminations, elles s’expriment sur des problématiques futures, comme une anxiété d’anticipation.

Les ruminations se focalisent sur les projets, les envies. Mme M. souhaite faire des projets, cependant elle n’arrive pas à les exprimer en termes clairs, ces derniers sont flous et difficilement réalisables dû à une imprécision manifeste dans la manière de les réaliser. Ces ruminations s’expriment donc par un manque de confiance et d’estime.

Ici, l’anxiété et les ruminations se rejoignent par rapport aux manques de confiance et d’estime dus à la dévalorisation subie.

La déréalisation ou en tout cas, la perception d’un décalage permanent est un puissant mécanisme de protection permettant de mettre à distance la ou les problématiques auxquelles la personne est confrontée.

Une déréalisation peut se produire lors d’un traumatisme grave permettant ainsi de protéger la personne.

Cependant, dans le cas de Mme M., il est difficile de déterminer l’origine de ce mécanisme. Il reste toujours possible d’exprimer l’hypothèse que ce mécanisme de protection, s’est mis en place pour parer à d’éventuelles nouvelles dévalorisations. Ainsi, la déréalisation permet de dissocier d’hypothétiques attaques ainsi que les conséquences, tout comme le mécanisme d’apathie émotionnelle.

Enfin, l’apathie émotionnelle quand à elle, s’exprime par le fait de ne pas ou de peu ressentir d’émotions. Comme pour la déréalisation, il est difficile d’en déterminer l’origine.

Cependant, il est intéressant de se demander si l’apathie émotionnelle est la conséquence d’un choc ou une évolution naturelle des mécanismes de protection en rapport avec la problématique.

Il faut bien comprendre que les deux derniers mécanismes cités ci-dessus, la déréalisation ainsi que l’apathie émotionnelle, sont des mécanismes puissants qui engendrent des problématiques à long terme.

Il faut bien comprendre que les deux derniers mécanismes cités ci-dessus, la déréalisation ainsi que l’apathie émotionnelle, sont des mécanismes puissants qui engendrent des problématiques à long terme.

L’anxiété, quand à elle, pouvant être ressentie au long cours, peut être perçue comme un signal d’alarme, une alerte permettant de prendre conscience des problématiques à travailler.

Analyse via le spectre de l’hypnose et stratégie thérapeutique

Il apparaît évident que le premier travail ainsi que le travail de fond devront s’effectuer au niveau de la confiance en soi ainsi que de l’estime de soi.

Pour rappel, en hypnothérapie, on ne travaille pas directement sur les situations problématiques, mais sur les valeurs ayant pu être lésées.

De plus, il est intéressant de travailler sur le passé pour permettre de recadrer des situations ayant pu être incomprises, ou encore traumatiques. Ce travail sur le passé permet d’éviter les ruminations liées à ces situations.

Enfin, il apparaît nécessaire de travailler sur la personnalité ainsi que le rétablissement de valeurs essentielles permettant une acceptation de Mme M. ainsi que l’affirmation de ses propres convictions et de ses objectifs.

La stratégie thérapeutique s’établit donc autour de 3 axes permettant une progression dans la résolution de la problématique.

Séances d’hypnose

Séance N°1

Type de séance 

Renforcement du Moi (Travail sur la confiance et l’estime)

Objectifs escomptés

Travail principal axé sur les valeurs de confiance en soi et d’estime de soi.

Travail secondaire axé sur les objectifs, la perception du monde, recadrage en rapport avec le passé, ainsi que la réactivation de ressources.

Changement(s) par rapport à la dernière séance

Depuis la première séance et les divers recadrages Mme M. exprime des améliorations par rapport à la prise de parole à son travail. Ainsi que l’autorisation de se faire confiance dans la prise de certaines décisions.

Séance N°2

Type de séance

Renforcement du Moi et premier travail sur le passé

Objectifs escomptés

Travail principal axé en deux points. Tout d’abord un premier travail sur le passé, et ensuite un travail sur la perception ainsi que l’impact de situations problématiques pouvant être rencontrées.

Changement(s) par rapport à la dernière séance

Mme M. exprime avoir acquis une certaine prise de recul, ainsi qu’une meilleure temporisation des situations.

D’une manière générale Mme M. se sent très positive.

Séance N°3

Type de séance

Renforcement du Moi et ancrage

Objectifs escomptés

Via une métaphore, permettre l’assimilation de nouvelles valeurs ainsi que l’ancrage de ces dernières.

Changement(s) par rapport à la dernière séance

Mme M. dit avoir pris conscience de beaucoup de choses, notamment de trahison et de ce que cela a pu entrainer.

Cependant, Mme. M explique vivre cette situation sereinement.

Des sensations de « boules » au ventre sont toujours présentes, mais elle se sent libérée et exprime le fait que l’angoisse soit nettement moins forte.

Mme M. se sent plus sereine et confiante.

Cependant, Mme M. exprime toujours une apathie émotionnelle précisant qu’elle n’arrive pas à être en colère ou à pleurer.

Séance N°4

Type de séance

Travail sur la personnalité

Objectifs escomptés

L’objectif principal de cette séance et de provoquer une confusion permettant de modifier des comportements restrictifs, ainsi que de laisser émerger le changement par l’annulation des résistances.

Changement(s) par rapport à la dernière séance

Mme M. dit se sentir très bien, de plus elle précise le fait que lors d’apparitions de problématiques les solutions s’imposent naturellement.

Séance N°5

Type de séance

Renforcement du Moi

Objectifs escomptés

Après le travail de confusion, l’objectif de cette séance est de permettre d’ancrer profondément les valeurs de confiance et d’estime de soi.

Changement(s) par rapport à la dernière séance

À la suite de la dernière séance Mme M. se sent confuse et vide, de plus elle exprime le fait de se sentir perdue.

NB : Les réactions de Mme M. à la suite de la dernière séance sont tout à fait normales. Cette séance permet de placer la personne dans un état de confusion et de vide lui permettant d’aller rechercher elle-même ses ressources et ainsi d’installer le changement.

Séance N° 6

Type de séance

Travail sur le passé

Objectifs escomptés

Permettre le recadrage de situations ayant pu engendrer une dévalorisation ainsi qu’une perte de confiance et/ou d’estime de soi.

Ce type de séance permet à la fois de débloquer des souvenirs impactants ou traumatisants ainsi que d’augmenter la confiance et l’estime de soi.

Changement(s) par rapport à la dernière séance

Mme M. exprime une certaine labilité de son humeur, avec des phases ascendantes et descendantes.

Mme M. exprime l’installation d’un changement en cours. Par décision commune, nous laissons un temps de pause de 15 jours pour permettre l’installation des nouvelles ressources.

Séance N°7

Type de séance

Projection vers le futur

Objectifs escomptés

Permettre de prendre conscience des ressources acquises lors du processus de thérapie ainsi que d’ancrer ces ressources dans l’avenir.

Cette séance vient mettre fin au cycle de thérapie entamé.

Changement par rapport à la dernière séance

Au cours du temps de pause de 15 jours, Mme M. exprime le fait d’avoir effectué un « gros travail personnel », ainsi que d’avoir pris plus de temps pour elle-même.

De plus, Mme M. exprime un « vrai soulagement » par rapport à sa problématique ainsi que « la dernière porte à pousser avant le vrai changement ».

Il est à noter qu’ici toutes les ressources travaillées au cours de la thérapie sont acquises et en cours de développement. « La dernière porte à pousser avant le vrai changement » réside dans l’expansion naturelle de ces ressources au cours du temps, ainsi que l’ancrage de ces dernières dans l’avenir.

Conclusion de fin de thérapie

Par rapport à l’ensemble de la thérapie, Mme M. exprime une évolution au cours des différentes séances ainsi que des thématiques travaillés. Au-delà de la problématique, le travail effectué lui a aussi permis une meilleure compréhension d’elle-même, ainsi qu’un travail personnel profond sur son passé, mais aussi sur son avenir.

Il est à noter qu’au cours de cette thérapie, il a été effectué jusqu’à 7 séances, entrecoupées de périodes de pauses permettant l’instauration des changements.

L’hypnose est une thérapie brève, et même si les 7 séances ont été effectuées dans un laps de temps de quelques mois (période de pauses incluses), la plupart des thérapies sont plus courtes.

La nécessité d’avoir effectué jusqu’à 7 séances pour Mme M. s’explique notamment par le fait de devoir gérer plusieurs événements importants et impactants au cours de la thérapie.

Pour finir, Mme M. a résolu sa problématique ainsi que les tenants et aboutissants de cette dernière.

Les symptômes présents lors de la première consultation, tels que l’anxiété, les ruminations, la déréalisation ou encore l’apathie émotionnelle ont été résolus et ont disparus.

Vous aussi vous souhaitez effectuer une hypnothérapie ? Vous pouvez prendre rendez-vous dès maintenant via Doctolib !

Dorénavant, j’effectue des consultations en tarifs libres tous les lundis, pour en savoir plus cliquer ici !


Articles similaires

Derniers articles

Consultations en tarif libre

Cas clinique hypnose

Comment (bien) choisir son praticien en hypnose Ericksonienne

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib